Sebillot-3.JPGPeintre, poète et folkloriste, Paul Sébillot naît le 6 février 1843 à Matignon dans une famille de notables d'origine bretonne, médecins du côté paternel, notaires et propriétaires du côté maternel. A la famille de sa mère appartient l'abbé Egault de Saint-René qui fut professeur de Chateaubriand au collège de Dol.

Nourri pendant son enfance des contes et légendes que lui raconte sa vieille nourrice, en 1862, il part sans enthousiasme et selon la tradition familiale faire ses études de droit à Rennes puis à Paris. Fréquentant les milieux littéraire et artistique, il se lie d'amitié avec Harpignies, Courbet, Isabey et devient l'élève de Feyen-Perrin, le peintre des Cancalaises. De 1870 à 1883, il participe à de nombreux salons parisiens où son talent est remarqué avec un tableau intitulé Rochers à marée basse. Il expose également à Vienne et Philadelphie. Le peintre Jules Laurens écrit sur Sébillot : « Breton de naissance, il a voué sa palette à la Bretagne, heureusement, dévotement, pour lui-même et les autres. »

halle-Sebillot.JPG
Les vieilles halles de Matignon - tableau de Paul Sébillot (1875)

Ardent républicain, il fait paraître en 1875 La République, c'est la tranquillité et Le nouveau manuel des électeurs.

Cette même année, il se marie avec la sœur d'Yves Guyot, ministre des Travaux publics, qui le nomme chef de cabinet et directeur du personnel du ministère, poste qu'il occupe jusqu'en 1892. Les nombreux séjours qu'il fait en Bretagne lui donnent l'idée d'interroger les marins et les paysans, recueillant ainsi de la matière pour de nombreux ouvrages de folklore. En 1880, il fait paraître Traditions, superstitions et légendes de la haute Bretagne ainsi qu'un essai pour « servir à recueillir » les traditions, superstitions et légendes puis Contes des paysans et des pêcheurs.

Il crée avec quelques amis La Société des Traditions populaires dont il dirige la revue, fonde en 1877 la société bretonne-normande La Pomme, organise des dîners mensuels pour ses amis folkloristes : La mère l'oye et Le dîner celtique. Son œuvre maîtresse, Le Folklore de France, publié entre 1904 et 1908, est une véritable encyclopédie des traditions populaires.
Il publie aussi des poésies : La Bretagne enchantée et La mer fleurie.

Paul Sébillot meurt le 23 avril 1918 à Paris, incinéré au Père Lachaise, il laisse « une œuvre considérable et précieuse, monument durable comme ces monolithes qui hérissent les landes armoricaines, sain comme l'air du large »
(H. Lapaire).

Quelques œuvres de Paul Sébillot
Écrits politiques :
La République, c'est la tranquillité
Manuel à l'usage des électeurs
Contes et légendes :
Contes populaires de Haute-Bretagne
Traditions, superstitions et légendes de Haute-Bretagne
Contes des paysans et des pêcheurs
Contes de terre et de mer
Petite légende dorée de la Bretagne
Contes des landes et des grèves
Le folklore des pêcheurs
Le folklore de France
Poésies :
La Bretagne enchantée
La mer fleurie

Cliquez ici pour découvrir quelques poèmes, suivis de textes extraits des contes et légendes recueillis par Paul Sébillot.