Les cinq statues en bois polychrome de la chapelle de Saint-Germain-de-la-Mer, attaquées par des insectes et endommagées par le temps ont été restaurées et sont revenue toutes pimpantes. Pour les accueillir et les mettre en valeur, nous avons repeint en bleu le fond des niches de saint Germain et de saint Louis. Elles avaient été emportées pour restauration par l’Atelier Régional de Restauration situé au château Kerguehennec à Bignan dans le Morbihan au mois de septembre. Depuis de nombreux mois, nous avions monté, en accord avec la mairie de Matignon et la conservatrice des objets d’art du département, un dossier pour obtenir des subventions de la Drac et de la Région afin de restaurer et donc aussi de préserver les trois statues du XVIIe siècle, classées aux Monuments Historiques. Notre dossier ayant recueilli un avis favorable, l’Atelier Régional de Restauration a pris en charge les trois statues classées : saint Germain, saint Louis et saint Antoine. Mais par la même occasion, nous avons confié également saint Marc et la Vierge à l’enfant qui nécessitaient les mêmes travaux. Le coût de restauration de ces deux dernières est entièrement à la charge de notre association, environ 2 500 euros, tandis que pour les trois autres, les subventions permettent de couvrir environ 80 % des frais, le complément étant finalement pris en charge par la commune. Il faut savoir que le prix de restauration d’une statue est d’environ 1 500 euros suivant le travail à effectuer.

Rappelons que les communes sont propriétaires, depuis la séparation de l’Eglise et de l’État en 1905, des murs des églises et chapelles et des objets fixés au mur, alors que le diocèse en est affectataire et donc responsable de leur utilisation. Cette disposition ne concerne que les bâtiments construits avant 1905.

Cliquez ici pour voir les photos de la réinstallation des cinq statues.

Comme vous le savez, ces statues ont subi tout d’abord un séjour dans une housse sous vide, donc sans oxygène, afin de tuer les insectes, puis un traitement. Ensuite, elles ont été dépoussiérées, les parties écaillées ou manquantes ont été reconstituées et teintées. Tout en gardant leur caractère de statues anciennes, elles sont maintenant en parfait été et sont reparties pour de nombreuses années de présence dans la chapelle.